Week-end international, résumé en images

29 06 2010

N’allez pas croire que Rugbyclub milite… Simplement, pas une image ne pouvait mieux résumer le week-end international que nous venons de vivre. Les Français tout d’abord. Le mal de la pampa dont ils souffrent depuis l’orée des années 2000 persiste. 41 à 13, c’est la pire correction jamais reçue en Argentine. Qu’en dire ? Les joueurs ne se voilent pas la face : ils ont été nuls. Ils le disent assez clairement dans Midi Olympique ce lundi. Et si je ne compte pas me lancer dans une analyse technico-tactique, je tiens simplement à souligner la vaillance, l’intelligence, la hargne, le panache de cette équipe Argentine. Avec les All Blacks, les Argentins semblent aujourd’hui bien les seuls à offrir du rêve, de l’irrationel, loin du rugby méthodico-scientifique dont les prétendues nations majeures se gargarisent. Alors, certes, ils ont perdu à deux reprises contre de faibles écossais, mais qu’importe ! Ah l’intelligence d’un Contepomi, le charisme d’un Fernandez-Llobe, la classe d’un Albacete… qui peut se prévaloir de telles valeurs chez les Bleus ? Harinordoquy probablement, mais il n’était pas là. J’allais oublier la première ligne des Pumas : Roncero – Ledesma – Sclezo… La triplette sort tout droit d’un film de Melville – Jean-Pierre, pas Eric !

Les Italiens avaient particulièrement bien résisté face aux champions du monde la semaine passée. Les joueurs de Peter de Villiers ont remis les pendules à l’heure et balayé les transalpins. 55 à 11, c’est net et sans bavure. Sur cette vidéo, vous noterez que Shalk Burger n’a rien perdu de ses bonnes habitudes. La cravate, c’est sont truc ; une vraie fête des pères à lui tout seul.

Pour leur deuxième confrontation face aux Gallois, les Néo-Zélandais n’ont pas frappé aussi fort, mais ils n’ont pas tremblé non plus. 29 à 10, voilà qui les prépare en douceur au Tri Nations à venir.  Enfin, les Australiens ont battu l’Irlande 22 à 15 dans le match le plus serré du week-end. Et comme toujours avec les Australiens le plus ennuyeux. Au final, le calcul est simple : Nord 0, Sud 4. A un an de la Coupe du monde, l’inventaire des forces en présence laisse songeur.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :