Harinordoquy, la grande gêne

30 11 2011

Mercredi matin, au sommaire du journal 8.00 de France Inter, « le derby basque a tourné au pugilat ». Le journal le plus écouté de la station qui s’intéresse à un match Biarritz-Bayonne en retard d’une journée lambda du Top 14, il fallait au moins un pugilat pour ça. Un pugilat ? Pourquoi pas un génocide. Convoquez la cour pénale internationale et envoyez moi quelques biarrots et autant de bayonnais cirer les bancs où se pressèrent les Milosevic, Mbarushimana et autres amis de la paix entre les peuples, ceux-là même qui excellent à jouer un derby. De pugilat, en réalité, il n’y eut pas. En revanche, l’accrochage de la sixième minute entre Imanol Harinordoquy et Jean-Jo Marmouyet amena deux situations très embarrassantes. La première pour Bayonne qui venait de marquer un essai sur la même action et qui, finalement, se le verra refuser à cause du comportement de Jean-Jo Marmouyet, tenu pour responsable de la bagarre par les arbitres. L’essai accordé aurait probablement changé la physionomie de la rencontre, remportée par Biarritz de deux petits points (21-19). La seconde, plus embarrassante encore, a mis Imanol Harinordoquy dans une position impossible : l’irruption sur la pelouse de son père Lucien venu distribuer quelques châtaignes pour défendre son fils. La bagarre entre les joueurs était jusqu’à son arrivée d’un convenu désespérant. Du pif-paf-poum de seconde main. Le paternel du troisième ligne international qui fonce là dedans le poing vengeur, ça vous offre tout de suite les gros titres. Au delà du geste consternant, c’est surtout à ce pauvre Imanol qu’il faut penser. Il s’engage pour les dix piges à venir sur la file de gauche de l’autoroute des vannes, celle des véhicules rapides. « Il t’a fait un bisou avant le match ton papa ? » « Tu le diras pas à ton papa que je t’ai plaqué »… Sincèrement, je n’aimerais pas être à sa place. Dans l’histoire, il a la chance que Sylvain Marconnet, fin dialoguiste, joue à ses côtés.

Advertisements

Actions

Information

2 responses

1 12 2011
Sandric

On ne va pas le vanner longtemps, il a le sang chaud Imanol!
Pour peu que Thion et Barcella soient présents…
C’est dommage pour lui, mais une sanction est inutile, sauf si elle est symbolique pour améliorer la sécurité au stade…

2 12 2011
Fabienne

Tiens c’est marrant, pareil au journal de I-TV à 06h15 mercredi matin ! Jamais dans la page de sport de mots sur le rugby, sauf mercredi matin où bien sûr Lulu a fait son apparition..information ô combien relayée par TF1, Fr 2 et les autres ! Bref….quant à l’apparition du paternel :
1 – Que faisaient les stadiers ?
2 – Aie aie aie le dos sur le placage obtenu en retour…
3 – Super l’état d’esprit d’Imanol pour le reste du match !

Mais bon z’ont le sang chaud les basques !
Heureusement la 2ème mi-temps nous a offert un peu mieux qu’un match de chiffoniers ! Pis quand même la joie du BO faisait plaisir à voir….à la fin !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :