Le Saint-André de la semaine

23 02 2012


Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas pour Philippe Saint-André. Après avoir été dépeint la semaine dernière comme un businessman pas blanc-bleu par le Canard enchaîné, le voici cette semaine en double page dans Gala. Autant dire qu’après les calembours acides du palmipède, l’ambiance sujet-verbe-compliment contraste. Contraste comme ce coucher de soleil varois dans lequel le sélectionneur national sourit au côté de son épouse, Patricia. Et l’interview alors, qu’y révèle-t-il ? Qu’il compte prendre Mourad Boudjellal comme soigneur, reconvertir Mathieu Bastareaud au talon pour palier le départ de William Servat et essayer Morgan Para en seconde ligne… Entre autres. On y découvre aussi qu’à force de suivre son mari dans ses déménagements, Patricia n’a plus un seul ami, que PSA n’en fout pas une rame à la maison (« elle gère le quotidien à 100% ») et qu’il téléphone à son frère et à ses parents trois fois par jour ! Il doit avoir souscrit chez Free Phil, où négocier un forfait illimité avec la FFR. C’était le bulletin « Comment se porte notre sélectionneur national cette semaine ? » Rendez-vous la semaine prochaine dans… « Top Santé » ou « Chiens 2000 ».

Publicités




Bastareaud au RCT, c’est signé !

8 07 2011

Le communiqué officiel vient de tomber, Mathieu Bastareaud jouera sous les couleurs du RCT l’an prochain. Thomas Savare, le nouveau président du Stade français et Mourad Boudjellal ont trouvé un accord, le joueur s’engage à Toulon pour trois ans.





Les Barbarians fidèles à l’esprit

30 05 2011

Dimanche, après deux demi-finales haletantes, vous avez peut-être oublié de vous poser devant Angleterre – Barbarians. Dommage ? Beaucoup moins depuis que Rugby Club vous propose ce long résumé d’une rencontre avec une farandole d’essais et un suspens digne de « Vendredi 13″… Sans oublier quelques enseignements. A commencer par le fait que Martin Johnson est léger côté doublure. Son XV de départ ne comptait que peu de titulaires présents lors du Tournoi ; ceux présents ont heureusement assuré le show, Matt Banahan en tête. Son duel avec Matthieu Bastareaud valait le déplacement. D’ailleurs, à propos de Bastareaud, il a livré à Twickenham un de ses meilleurs matchs de la saison, en attaque tout au moins avec une énorme présence et quelques charges efficaces.  Du côté des Barbarians, ils ont été nombreux à bien tirer leur épingle du jeu. A commencer par une troisième ligne de classe mondiale avec autour du parisien Sergio Parisse, un Joe Van Niekerk jamais à court de souffle et un George Smith monstrueux au plaquage, présent au soutien, efficace balle en main… Après une drôle d’entame, Fred Michalak a été parfaitement dans le ton. Quant à Tim Visser, il pourra toujours regretter ne pas avoir 14 autres néerlandais pour faire une équipe nationale de l’autre pays du fromage avec lui. Enfin, le treiziste Willie Mason, qui disputait là son premier match officiel à XV,  a montré qu’il lui restait pas mal de pain sur la planche. Surtout, s’il veut faire oublier sur la Rade un certain Sonny Bill Williams… Et le résultat, alors ? Dix essais et un score de 38 à 32 pour les Barbarians.





Le Stade français en slip

2 05 2011

pub stade français

Ça va mal pour les joueurs du Stade français. Ils vont même jusqu’à se rhabiller ! Finis les regards torves et de fesses souriantes, parfois l’inverse pour certains, sur papier glacé ; voilà la bande à Max désormais porte drapeau d’une marque de sous-vêtements, masculins, contrairement à ce que laisse présager la photo. L’événement est de taille puisque rien de moins qu’un apéro-mix a été organisé pour le célébrer. Un apéro-mix ? Autrement dit un vague cocktail avec un pousse-disque qui poussera aussi le son afin de cacher aux convives qu’ils n’ont strictement rien à se dire, puisqu’en bons « bouffe-la-rouille » (j’ai les noms), ils sont venus picoler et becqueter à l’œil, espérant repartir avec un petit cadeau. Et, à défaut, se le rincer cet œil devant quelques jolis gaillards en slip. Souvenez-vous, il n’y a pas si longtemps, à cette période de l’année, le Stade français jouait les phases finales. Je suis de mauvaise foi, le club doit encore disputer la finale du trophée Pépito, à moins que ce soit l’Amlin Cup, à Cardiff… Toujours est-il que si vous voulez tenter de jouer les pique-assiettes demain soir, le club annonce de la présence de Pascal Papé, David Attoub, Laurent Sempéré, Julien Dupuis, Guillaume Boussès, Mauro Bergamasco, Romain Raine, Mathieu Bastareaud, Ollie Philipps, Brian Liebenberg (il joue encore au Stade ?). En slip ? A vous de voir !





Stade français – RCT, la guerre des affiches

10 02 2011

Pour leurs rencontres du 16 avril prochain, le Stade français et le Rugby club toulonnais se livrent à une guerre des affiches ces dernières semaines. Max Guazzini laisse ses crayons de couleurs au dessinateur qui nous gratifie de dessins entre l’enfantin et le kitsch depuis le début de la saison.

affiche stade français clermont Mourad Boudjellal s’est souvenu, lui, de son premier métier : éditeur de bandes dessinées pour nous offrir une affiche complètement BD, tendance heroïc fantasy, genre bien représenté aux éditions Soleil.Le hic, de cette affiche, c’est qu’on ne sait absolument pas qui sont les Toulonnais et qui sont les Toulousains.

affiche rct stade toulousainA bien y réfléchir, et s’il s’agissait d’une appel du pied à Mathieu Bastareaud, histoire de lui montrer qu’à Toulon, jamais il ne serait caricaturé comme sur les affiches parisiennes… Dernière chose, vous préférez laquelle d’affiche vous ? Pour ma part… je pense avoir laissé suffisamment d’indices.





Stade français, quelle vie de chien…

8 04 2010

Mathieu Bastareaud travaille sa défense.

Le Stade français va mal, ça n’est un secret pour personne. Outre le classement en Top 14 à la neuvième place, un entraîneur viré, souvenez Ewen McKenzie , un autre qui le sera dans un mois, Jacques Delmas, un wagon de blessés, plutôt une rame entière, deux suspendus de longue durée… stop ! Mais que reste-t-il aux gars en rose de la Capitale ? Un quart de finale en H Cup dimanche contre Toulouse qui, en cas de victoire laisserait au club la possibilité de sauver son année… à condition de gagner encore deux matchs dans la foulée. Max Guazzini l’a même confié en conférence de presse un sourire en coin « on peut encore gagner la Coupe d’Europe ». Pour se préparer au choc, et par là même oublier le cuisant revers enregistré comme ces mêmes toulousains il y a quelques semaines au Stade de France, une des têtes pensantes de la porte d’Auteuil a eu une idée de génie : une après-midi chez nos amis de l’armée. Jacques Delmas, l’entraîneur stadiste, avoue craindre beaucoup Thierry Dussautoir dans les rucks ; effectivement, le flanker s’accroche comme un chien dans les regroupements, alors la même tête pensante a demandé au colonel du coin s’il n’avait pas un vieux berger allemand un rien agressif pour tester les joueurs. Les traditions de l’Armée, ça ne se perd pas et, ni une ni deux, Rex sortait du chenil pour croquer du rugbyman : la preuve en image ! Le hic, c’est que c’est Ollie Philips qui rencontre Rex et que dimanche, l’ailier international britannique ne sera pas sur la feuille de match : il n’est plus aligné depuis des semaines. Qu’importe, Mathieu Bastareaud à qui l’on reproche parfois des montées défensives inappropriées, a pu lui aussi piocher des idées et de la motivation à la caserne. Masqué ainsi, c’est sûr, il devrait faire perdre tous leurs moyens à Jauzion et Fritz.





Wilkinson sur le banc pour le Crunch

17 03 2010

Martin Johnson a remanié son équipe en vue du match face à la France. Jonny Wilkinson, revenu dans le XV de la Rose, avait pour but de faire des miracles ; une tâche d’autant plus lourde à assumer dès lors que ses partenaires errent sur le terrain comme des zombies de « La nuit des morts vivants ». Le voici écarté du XV de départ, désormais simple remplaçant. Matthew Tait, le second centre, se retrouve lui aussi sur le banc. Pour les suppléer, Johnson place à l’ouverture le brillant Toby Flood et rappelle Mike Tindall, 32 ans, avec lequel le sélectionneur a remporté la coupe du monde 2003. Autant dire que cela

Tindall, le retour du buffle

nous promet une bataille titanesque au centre du terrain entre Mathieu Bastareaud et Mike Tindall, deux bulldozers patentés. Martin Johnson, très critiqué depuis sa prise de fonction (8 victoires pour 18 rencontres, ça fait négligé pour le standing british), ne montre toujours pas de ligne claire. Sera-t-il maintenu en place si l’Angleterre venait à subir une lourde défaite au Stade de France ? La violence de la presse à son égard, où certains de ses anciens partenaires, tel Will Greenwood, se déchaînent, laisse supposer le contraire. Sans résultat et sans projet de jeu défini, que reste-t-il  à Johnson ? Sa légitimité de capitaine de l’équipe championne du monde ne semble plus le protéger.