Télé : le rugby au top

3 01 2012
les 101 dalmatiens devant la télé

Un chien, deux chiens, trois, quatre... et 15,4 millions de téléspectateurs devant la finale de la Coupe du monde

Dans le petit monde de la télé, ces chiffres font la pluie, le beau temps et parfois quelques tempêtes. Les audiences définissent ceux qui ont droit de rouler des mécaniques et, au passage, d’appliquer le tarif haute saison toute l’année à leurs écrans publicitaires. Vous imaginez donc l’importance du Top 100 des audiences télé 2011. Outre le fait que TF1 truste 99 places, Rugbyclub retient deux choses essentielles de ce classement. D’abord que c’est la finale de la Coupe du monde entre la Nouvelle-Zélande qui a réalisé la plus forte audience de l’année avec 15,4 millions de téléspectateurs devant leur poste un dimanche matin. En 2010, les footballeurs pour leur Mondial n’avaient jamais atteint un tel score, avec pourtant des horaires de diffusion nettement plus avantageux puisqu’en prime-time, le fameux 20h30. Outre cette première place, c’est la 87e qu’il faut aussi observer, celle qui a permis à France 2 d’empêcher TF1 de truster les 100. A qui la chaîne publique doit cet exploit ? A Frédéric Lopez avec son « Rendez-vous en terre inconnue » qui avait pour invité… Fred Michalak ! En clair, en 2011, pour faire de l’audience, il fallait un ballon ovale.

Enfin, les responsables de Canal + attendaient de bonnes tendances lors du boxing day le 31 décembre ; les chiffres leurs ont donné raison. Le match entre Biarritz et Toulon a attiré plus de 820 000 téléspectateurs. Pas de quoi figurer dans le Top 100 des audiences, mais largement assez pour compter parmi les bonnes audiences de la chaîne cryptée en général et les très bonnes du rugby.

Publicités




On est gouvernés par des cons !

27 11 2011

« Qu’est-ce que tu veux que j’te dise mon pauvre Gégé, on est gouverné par des cons ! » C’est pas du Audiard, c’est du bistrot d’en face, mais ça n’en est pas moins pertinent pour autant. Pourquoi un tel coup de grisou ? Rien de grave, rassurez-vous, nous disposons toujours de notre triple A ; ce qui pour ma part constitue une vraie nouveauté au regard de mon parcours scolaire. Les faits : samedi 26 novembre, à quelques stations de métro du cœur de Londres, dans le cadre champêtre de Twickenham, un peu comme le stade du Pyanet à Hyères mais avec quatre rangées et six fauteuils de plus, les Barbarians accueillaient l’Australie. Épatant, depuis combien de temps étions nous sevrés de matchs internationaux ? Diantre, mais ça se compte en semaines ! Alors donc les Australiens comme un banc de retraités du Wisconsin qui se font l’Europe en six jours s’offrent une tournée sur le Vieux Continent. La semaine prochaine, ils affrontent Pays de Galles, comme pour la troisième place de la Coupe du monde. Formidable. Ensuite, s’ils continuent encore un peu à l’Ouest, ils pourront défier les terribles pêcheurs de Saint-Pierre-et-Miquelon. En laissant une telle tournée se mettre en place, l’IRB, l’instance mondiale (on est gouvernés…) envoie un signe fort à tous les clubs qui, à juste titre, s’alarment de la surcharge du calendrier, du mépris teinté d’une bonne lampée de condescendance. Les joueurs gallois qui viennent de retrouver leurs clubs devront-ils être libérés la semaine prochaine ? Sylvain Marconnet sélectionné avec les Barbarians ce week-end n’aurait-il pas été plus utile au Biarritz Olympique pour résister au Racing ? L’IRB s’n moque. Fut-elle présidée par un Français, Bernard Lapasset, elle joue le jeu du rugby sudiste avec une telle morgue que ça en devient gênant. Le Sud ne se préoccupe que de ses franchises et de ses équipes nationales. Jusqu’à quand l’Europe doit-elle se laisser dicter les règles ? La France et l’Angleterre disposent des meilleurs championnats domestiques et, surtout, d’une puissance financière capable d’infléchir quelques décisions. Comment ces deux nations vont-elles réagir à l’entrée de l’Argentine dans le tournoi du Sud, ex Tri Nations, aux côtés de la Nouvelle-Zélande, l’Australie et l’Afrique du Sud ? Elles emploient 90% de l’effectif international argentin qui s’absentera, du coup, pendant quatre mois et jouera 12 mois sur 12 pour assurer à la fois avec les clubs et la sélection nationale. Bien sûr, il était urgent d’inscrire les formidables Argentins dans un tournoi d’envergure, mais encore eut-il fallu le faire en tenant compte de la localisation de ses joueurs. Guy Novès et tous les entraîneurs peuvent bien pester après l’absence de leurs internationaux, français et étrangers, peu  importe à l’IRB. Qu’ils les paient et se taisent. A moins que l’IRB cherchent à nous pousser vers la solution des franchises. Une totale aberration de ce côté ci de l’Hémisphère. Tous les Brumbies – Bulls, les Crusaders – Sharks ne valent pas un pet de lapin devant une affiche à Mayol, une soirée à Jean-Dauger ou une fin d’après midi à Pierre-Antoine. Enfin, pour l’anecdote, l’Australie a écrasé les Barbarians 60 à 11, ce qui constitue à la fois la plus lourde défaite jamais encaissées par les Baa-Baa’s et un match sans le moindre enseignement. Sauf pour le caissier de Twichenham évidemment.





La Coupe leur monte à la tête

22 11 2011

Quelques jours l’affaire Zac Guildford, arrivé complètement nu et en sang dans un bar avant d’agresser un client, voici le cas Ma’a Nonu. Un titre de champion du monde vous donne-t-il le droit à toutes les audaces vestimentaires ? Certainement pas ! Le collant, désormais appelé leg-in, vert léopard ne se porte ni en hiver ni en été, pas plus en intérieur qu’en extérieur et encore moins avec un complice. Bref le collant vert est à proscrire, surtout pour un homme qui a des cuisses taillées comme un chêne centenaire. A moins qu’à force de porter la tunique noire, Nonu craque et profite de la moindre occasion pour enfiler les couleurs les plus vives…





Tuilagi plaque un journaliste !

3 11 2011

Dans la famille Tuilagi, intéressons nous aujourd’hui à Alesana. Le trois-quart aile des Samoa s’est prêté au petit jeu d’un journaliste britannique dont le but est de se faire plaquer à la fin de son reportage. Pour cette exécution en mode aquatique, il a choisi Alesana, généralement assez doué pour détruire tous ceux qui n’arborent pas les mêmes couleurs que les siennes sur un terrain. Histoire d’en rajouter une louche, le reporter est ensuite pris au coeur d’une mêlée très spontanée où viennent se jeter quelques beaux bébés des îles, dont un Census Johnston en belles formes… Quelle bande de sales gosses ces joueurs des Samoa…





La France la plus forte…

24 10 2011

Sur TF1 en tous les cas, ça ne fait pas l’ombre d’un doute. La finale entre la Nouvelle-Zélande et la France a permis à la chaîne de réaliser dil'équipe de france de rugby face au hakamanche 23 octobre sa meilleure audience de l’année toutes émissions confondues. 15,2 millions de téléspectateurs ont suivi la rencontre, soit 82% de part de marché pour TF1 ; les 18% restants étant selon toute vraisemblance devant les émissions religieuses du service public en train de prier pour la victoire des Bleus. Mieux pour les derniers instants du match, il y eut un pic d’audience à 18 millions de téléspectateurs. Enfin, la remise du trophée fut suivie par 12 millions de téléspectateurs, preuve que le public français reste sensible à la magie des All Blacks.

 





Offrez-vous la cape d’invisibilité de McCaw !

24 10 2011

En ce lundi matin, toutes les conversations tournent autour de l’arbitrage de monsieur Joubert lorsv de la finale Nouvelle-Zélande – France. Combien autour de vous auraient fait nettement mieux, sanctionné McCaw sur telle action, voire sorti un carton jaune contre le capitaine des All Blacks. Pourquoi diable l’arbitre sud-africain ne l’a-t-il pas fait ? Rugbyclub a enquêté et découvert la vraie raison : Richie McCaw portait une cape d’invisibilité. Elle ne faisait pas effet à la télé, mais sur le terrain seulement. Comment ça vous pensez que nous perdu la raison ? Non seulement nous ne l’avons pas perdu, mais nous avons retrouvé cette cape ! Depuis quelques heures, elle est en vente sur eBay. Si vous voulez vous l’offrir ou en faire cadeau à quelques troisième ligne de vos connaissances, cliquez ici. Le hic, le vendeur a précisé au bas de son annonce « No French Bidder », pas d’enchérisseur français. Je file chercher un faux-passeport pour tenter de la remporter…

capture écran ebay cape d'invisibilité





Tuilagi se jette à l’eau

10 10 2011

Les Anglais ont peut-être perdu un match, mais pas leurs bonnes habitudes. Après Mike Tindall qui retrouve une ex pour une soirée très chaude, les exploits de la triplette Hartley-Haskell-Ashton qui réclame de drôles de faveurs à une femme de chambre, c’est au tour de Manu Tuilagi de clôturer en beauté cette Coupe du monde des frasques. Le petit dernier de la fratrie venue des Samoa a prouvé qu’il était aussi efficace dans l’eau que sur un terrain. Le lendemain de la défaite face à l’équipe de France, le squad anglais profitait d’une journée de détente, avec une balade en mer. Justement, à quelques encablures de la fin de leur périple, Manu Tuilagi s’est jeté à la mer depuis le ferry pour rejoindre à la nage le quai, sous les hourra des ses coéquipers. Là, ce n’est pas Pamela Anderson d' »Alerte à Malibu » qui lui a porté secours, mais un agent des forces de police néo-zélandaise. Embarqué au poste où il est resté une heure, il a ensuite retrouvé ses coéquipiers pour une virée dans les bars de Auckland. Ces frasques font le bonheur du quotidien britannique le « Sun », à l’affût du moindre exploit hors des terrains du XV de la Rose. D’ici à ce que le journal nous apprenne que les joueurs anglais picolent…

manu tuilagi à l'eau

Manu Tuilagi fait des longueurs dans le port d'Auckland (© The Sun)

"J'avais pas vu le panneau "Baignade interdite" aurait expliqué Manu Tuilagi. (© The Sun)