Sodomie, c’est le qui perd gagne !

27 01 2012

MOURAD BOUDJELLALDepuis le temps que l’on nous serine avec les valeurs du rugby, je m’étonne qu’elles ne soient pas cotées avec les plus beaux fleurons du CAC 40. Ou qu’un Qatari n’ait pas tenté de les racheter. Jeudi dernier, la commission de discipline les a défendues vent debout, sortant l’artillerie lourde : son dé à 130 faces. Ça doit nécessiter une place énorme pour se jeter un dé à 130 faces. Et un temps fou pour s’arrêter. Pour preuve, François Guers, le taulier de la commission, l’a jeté le mercredi à peine Mourad Boudjellal reparti et il est revenu voir sur quelle face il s’était stabilisé 24 heures plus tard. D’un autre côté, il fallait bien souffler. Les douze justiciers venaient d’auditionner le président du Rugby Club Toulonnais pendant une heure et trente minutes. 90 minutes non-stop attablés les douze sages ! De mémoire de « rugbyphage », il n’y a que chez Guy Savoy qu’ils passent autant de temps autour d’une table.

Bref, pas de bol pour Mourad Boudjellal, le dé s’est arrêté sur sa face la plus élevée, son Everest, 130 jours ! 130 jours où il ne pourra ni fouler la pelouse du stade Mayol, et des autres, ni humer l’odeur des vestiaires rouge et noir, ni aller taper une belote dans ceux des arbitres. Ah, j’allais oublier l’accès aux couloirs menant aux zones citées plus haut lui est aussi interdit. Probablement de peur qu’il les tague de délicats « Arbitre sodomite ! » ou « Revol prend des RTT »

Cette sanction ne brille ni par sa lourdeur, ni par sa clémence ; elle étincelle par son ridicule. Judicieuse, la commission aurait pu condamner l’irascible à suivre des arbitres dans leur quotidien, comme le suggérait « L’équipe ». Vicelarde, elle aurait pu lui infliger de recruter des arbitres. Là, elle le met au piquet et jette un moelleux édredon sur les vrais problèmes maladroitement soulevés par Mourad Boudjellal. « Bon, ça c’est fait, se serait exclamé François Guers. Pause déjeuner et ensuite vous ferrez entrer Jamie Cudmore. » « Mais il n’a rien fait cette semaine Jamie Cudmore », l’aurait timidement coupé Marc Gaubert, l’un des vice-présidents de la commission. « Toujours aussi blagueur mon p’tit Marco ! Et Michel Tachdjian, ça fait un bail qu’on ne le voit plus. Il a arrêté sa carrière ou quoi ? » Silence gêné dans l’assistance. « Bon, je file, j’ai un lièvre à la royale qui m’attend. »

Ridicule donc puisqu’elle corrobore tout ce que Mourad Boudjellal avait prévu : l’ostracisme, les petits arrangements, ce rien-ne-bouge qui ankylose tant le monde du rugby. Mourad puni, Boudjellal gagnant, ou presque. 130 jours à passer là où TOUS les autres présidents de club trône, en tribune. En jouant les psys de comptoir, la commission lui inflige de rentrer dans le rang et de s’asseoir là ou tous ses semblables posent leur auguste séant. Il en faudra beaucoup plus pour dompter l’homme. Enfin, 130 jours, ça amènera donc Mourad Boujellal a regardé l’avenir et le 3 juin, date de la fin de sa peine. La commission a encore enfoncé une porte ouverte : la sodomie, ça vous force à regarder devant.





Pour sauver Mourad, tapez 1, pour le condamner, tapez 2 (appel non surtaxé)

12 01 2012

Les réactions aux propos de Mourad Boudjellal concernant l’arbitrage de Christophe Berdos se multiplient, y compris sur ce blog où je me félicite de la belle tenue des échanges. Se pose maintenant une question cruciale : quelle suite donner à cette affaire. Ne vous inquiétez pas, la commission de discipline a pris les choses en main. Le turbulent président du Rugby Club Toulonnais est convoqué toutes affaires cessantes pour s’expliquer. Le 25 janvier. Pas avant ? Ben non, puisque la semaine prochaine, ses membres ont leur séminaire Cudmore (une fois pas mois, ils réfléchissent à l’avenir des multi-récidivistes), la suivante, c’est la tournée des vœux à leurs meilleurs clients, à Perpignan chez Le Corvec, à Montpellier chez Gorgodze puis c’est la session cigare avec Christian Blanc en maître de cérémonie, le 23 c’est repas chez Gagnaire, le 24 chez Bocuse… Le 25 s’imposait comme  Florian Fritz en équipe de France. Le sous-secrétaire au mêlée écroulées avait pourtant prévu un repas chez Camdeborde, mais devant la gravité des événements, il a reporté à la semaine suivante ; morale la sodomie l’emporte sur l’appétit. Bref, si comme Rugbyclub, le sort de Mourad Boudjellal vous importe, votez massivement et nous apporterons les résultats à la commission afin de lui suggérer la meilleure sanction.





Fourchettes, plaquages & mauvaise foi…

4 10 2011

L’autre soir, devant « Au contact » sur Eurosport, quelle ne fut pas ma surprise de voir Xavier Garbajosa et Pierre Berbizier s’emporter après la commission de discipline qui sévit pour la Coupe du monde. Ces messieurs la trouvaient partisane. Allons donc. Pourquoi pas de mauvaise foi tant que vous y êtes ? Les gars de la commission refusent en bloc le travail à la chaîne, les tâches répétitives, voilà tout. Comme Torquemada qui avait tout un arsenal pour punir les hérétiques, la commission fait dans la dentelle, dans le cas par cas. Delon Armitage décapite un Écossais. Ne sont-ce pas ces mêmes Scottish qui enquiquinent la couronne depuis des siècles… Sans compter la petite gueule d’amour de Delon Armitage. Alors, Delon  ? Au coin pour un match. Normal ?

Autre accusé devant la commission, Fabrice Estebanez, auteur d’un plaquage cathédrale sur un joueur du Tonga. Cathédrale ou chapelle de village… c’est l’intention qui compte. Trois matchs au piquet, adieu la Coupe du monde. Pour le même geste, lors du même match, l’ailier Huffanga écope de 5 matchs au frigo. Deux matchs de plus ? C’est dur, d’autant que des cathédrales au Tonga, Huffanga ne doit pas en voir tous les jours. A moins qu’il s’agisse de célébrer la foi des joueurs des îles…

Enfin, selon vous, le talonneur italien Ghiraldini a-t-il vraiment voulu faire une fourchette au pilier irlandais Cian Healy ? Dans ces cas-là, les commissaires britanniques hésitent souvent ; parfois ils y voient un geste odieux, d’autre fois un simple « pince-mi pince-moi ».

Pour mémoire, cette commission si vigilante sur les gestes dangereux n’avait puni l’angélique seconde ligne du XV de la Rose XXX que de deux matchs pour son geste sur l’argentin Mario Ledesma. Pourquoi si peu ? Les perforations du poumon à coup de genou ne sont pas encore répertoriés par l’IRB. Patience, Courtney Lawes est encore jeune et ce type là a une tête de jurisprudence.





Bakkies Botha est un tueur

18 05 2010

Bakkies Botha a encore fait des siennes. Comment qualifier son déblayage sur l’ailier des Stormers Gio Aplon ? Une agresion, je ne vois pas meilleure définition. A moins que ce ne soit une habitude. Adam Jones, le solide pilier gallois, peut en témoigner. Lors de la tournée des Lions l’été dernier, il avait croisé la route du colosse sud-africain. Résultat des courses : deux semaines de suspension pour Botha et plus de six mois loin des terrains pour Jones et son épaule en vrac. Pour son geste sur Gio Aplon, le deuxième ligne des Boks écope de quatre semaines de mise à l’écart. Une sanction d’une clémence inouïe pour ce multi-récidiviste. Le coude dans le visage de Phil Waugh ça lui a tellement plu qu’il bouscule ensuite sa victime histoire de bien lui montrer qui est le boss. Idem sur Kankowski – la vidéo est un peu longue mais c’est une leçon d’engagement et de plaquages hauts.





Fumeuses commissions

4 03 2010

Mathieu Lorée tape une chandelle. Pratique pour allumer un pétard.

Si les commissaires à la discipline sont anonymes, planqués derrière leur commission, ça n’est pas pour rien. Personne ne tire fierté de son incompétence. Ce jeudi 4 mars, ils nous ont livré deux décisions totalement dénuées de bon sens ; se montrant d’une clemence incompréhensible avec l’auteur d’un attentat, et clouant au pilori un jeune espoir dont les écarts de comportement ne feraient même pas rougir Geneviève de Fontenay. Les faits. Simon Raiwalui le deuxième ligne et capitaine du Racing Métro écope de 30 jours pour sa manchette sur le castrais Giorgadze. A la vue du geste, qui combine la manchette et le plaquage à retardement, dans les deux cas absolument délibérés, j’avais imaginé une sanction légèrement plus significative. Mathieu Lorée, demi de mêlée des mêmes Racingmen, est pour sa part  suspendu 4 mois, saison terminée. Diantre, c’est qu’il a commis quatre manchettes ? Décapité une ligne entière de trois-quart ? Aligné un service entier de fourchettes ? Pire, ma bonne dame, il a fumé du cannabis ! Un drogué, donc ! Pour nos fringantes autorités rubystiques, c’est une certitude : ils savent pertinement que le cannabis, le shit, le teush, est un dopant à nulle autre pareil ! Bob Marley n’a-t-il pas longtemps hésité entre rugby et reggae ? Si les jeunes des cités et des beaux quartiers s’en collent autant dans le cigare, c’est pour courir plus vite, c’est bien connu. Pour appuyer la sanction de nos sémillants commissaires à la discipline, le Racing l’a assortie d’une mesure obligeant Mathieu Lorée à « faire partager son expérience auprès des jeunes du club ». C’est rudement malin. Je vois déjà certains cadets et juniors se frotter les mains. « Les gars, c’est Mathieu Lorée qui vous entraîne aujourd’hui. On commence par un atelier plaquage et les meilleurs auront droit à se faire un deux-feuilles. » Je crains une sanction.





Attoub, la sanction confirmée

4 03 2010

L’ERC a de la suite dans les idées, elle vient de confirmer la sanction de 70 semaines pour David Attoub, coupable d’une fourchette sur le joueur irlandais Stephen Ferris. Le pilier du Stade français ne pourra donc pas rejouer avant le 22 avril 2011. Il y a maintenant fort à parier que Max Guazzini demande une dissociation des peines à la FFR pour que, comme le talonneur de Perpignan Tincu l’an passé, Attoub puisse jouer en championnat de France. Ce qui aura bien évidemment le don hérisser les britanniques de l’ERC. Pour mémoire, sur ce même site, vous êtiez 57% dans un sondage à prévoir une telle réaction de l’ERC.





Sanction : 6 semaines pour Flannery

17 02 2010

Le talonneur Jerry Flannery écope de 6 semaines de suspension pour son agression sur Alexis Palisson. Ce vilain coup dans le tibia aurait largement mérité un carton jaune, seulement l’irlande jouait déjà à 14. On se souvient que pour un croc en jambe nettement moins virulent sur Jason Robinson, Christophe Dominici avait passé 10 minutes sur le banc de touche lors de la demi-finale France – Angleterre de la Coupe du monde 2003. Le tournoi des 6 Nations est en tous les cas terminé pour Jerry Flannery. Méritait-il plus ? Je vous laisse vous exprimer dans ce sondage…