Les adieux de Shane Williams, bis

25 04 2012

emblème ospreysAprès son dernier tour de champ avec le Pays-de-Galles, Shane Willams faisait le week-end dernier ses adieux au Liberty Stadium des Ospreys, son club. L’ailier gallois a fait aussi fort que sous le maillot rouge en inscrivant une nouvelle fois un essai dans le temps additionnel. En guise de point final à ces années passées à gambader sur ce pré, il a tenu à le transformer lui-même. Compte tenu de sa motivation, son coach aurait tout aussi bien pu lui demander de pousser en première ligne qu’il aurait enfoncé son vis-à-vis. Vous noterez au passage, qu’à la 82e minute, la défense des Dragon’s ressemble à une opération portes ouvertes.

 

Publicités




Shopping chez Groggs

20 02 2012
stautette groggs

L'équipe galloise, en modèle réduit

Si quelques celtes n’avaient choisi de baptiser l’endroit Pontypridd, le bout du monde ou le cul du loup lui aurait fait l’affaire. Depuis la triste affaire du Brive-Pontypridd en coupe d’Europe dans les années 90, qui avait assez peu œuvré pour l’amitié entre les peuples, cette bourgade galloise a quelque peu disparu des radars. Comment diable, rouge évidemment, nous sommes-nous retrouvé à faire du shopping là bas ? Par la bonne volonté de l’épatant Stephen Griffin qui nous guida le temps d’un week-end dans la région de Cardiff. Le shopping ici se résume à Groggs, mais quel bouclard ! Entre le musée du rugby et le temple de la statuette. Depuis bientôt un demi-siècle, la famille Hughes façonne, moule et vend des statuettes, avec une spécialité, celle de rugbymen. Elle représente grosso modo 95% des étagères, le résultat d’un vote démocratique en Russie. Dans ces 95%, une grande majorité de joueurs gallois bien sûr, présent ou passé. Les deux stars incontesté étant Gareth Edwards, l’emblème du pays, et Neil Jenkins l’enfant du pays. Aujourd’hui c’est Richard, le fils de John le fondateur, qui sculpte les joueurs. « Chacune des statuettes me demande six semaines de boulot avant que nous puissions les commercialiser », nous a-t-il expliqué. Que ce soit pour des séries ultra limitées – John bosse actuellement sur un modèle de Shane Williams limité à 87 copies, comme le nombre de ses sélections – ou pour des modèles plus courant, Groggs détruit toujours ses moules au bout d’un moment afin de proposer de nouvelles créations. A côté des Mike Philips, Adam Jones ou George North, très populaires en ce moment, vous ne trouverez qu’un seul français, Sébastien Chabal, en tunique tricolore. C’est peu, mais toujours plus que les Anglais, complètement absents. A propos de séries limitées, Richard évoque vite Gavin Henson, dont les statuettes sous les couleurs des Saracens puis du du RCT comptent parmi ses plus rares ; les premières avaient été prêtes après son départ du club, les secondes n’auront pas été d’actualité très longtemps.

la première galloise fière de ses statuettes.

Les joueurs apprécient beaucoup leurs statuettes, un mur entier recouvert de photos des rugbymen posant avec leur modèle réduit est là pour en attester. Sébastien Chabal y figure, fier de repartir avec un sac plein de souvenirs de Groggs. Le mur de signatures dans l’atelier de Richard Hughes montre aussi que les joueurs n’hésitent pas à faire quelques kilomètres pour passer le voir. Si vous vous arrêtez ici, Richard devrait vous faire remarquer cet autographe tout en haut du mur, quasiment sur le plafond, celui de Luke Chateris, 2,06 mètres. « Il a à peine levé le bras », s’amuse le maître des lieux.

Au dessus de cet amas de statuettes aux allures de champ de bataille de petits soldats, la famille Hughes a amassé quelques reliques assez magiques. Chaussures, ballons et, surtout, maillots offerts par des joueurs. Tous les grandes nations sont représentées : Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud, Ecosse… et la France avec le maillot signé de Robert Paparemborde. Ces merveilles là ne sont évidemment pas à vendre. J’allais oublié, dans un coin trône un maillot de Brive, celui de Philippe Carbonneau, sur lequel le joueur laissa un message plein d’humour « en souvenir des campagnes avec Pontypridd ».

La galerie de maillots, chaussettes...





Le départ d’un géant

6 12 2011

Petit par la taille… Avec 58 essais en équipe nationale, Shane Williams aura non seulement marqué le Pays de Galles, mais le rugby mondial. Pirouette de l’Histoire, ce serial-marqueur aura terminé sa carrière sur un coup de sifflet validant un dernier essai. C’était samedi 3 décembre dans un Millenium Stadium de Cardiff , où il ne restait même plus un strapontin libre, face à l’Australie. Dans ce remake du match pour la troisième place de la Coupe du monde 2011, ce sont finalement les Wallabies qui l’ont emporté, mais l’important n’était vraiment pas là et Shane Williams a eu droit à une sortie digne de son rang. Les joueurs des deux équipes ont sagement attendu que l’ailier de poche termine une interview dans le stade pour le raccompagner une dernière fois.

L’après-midi avait également commencé sous le signe de l’émotion puisque lors des hymnes, Williams sous le poids des larmes ne parvenait jamais à lever la tête.

Pleurs toujours avec cette dernière interview…

C’était le quart d’heure romantique de Rugbyclub. Prochain épisode dans quelques années avec la dernière taloche de Bakkies Botha ou le dernier jaune pour la route de Jamie Cudmore.

 





Les essais de l’année 2010

18 01 2011

Comme tous les ans, l’IRB désigne l’essai de l’année, inscrit par une équipe nationale. 15 réalisations ont été retenues. En attendant le résultat, Rugby Club vous propose en image son Top 10. Et vous, lequel élisez-vous ?

Celui de Shane Williams face à la France lors du Tournoi des VI Nations.

Celui de Ben Foden lors de France – Angleterre, toujours dans le Tournoi

Encore une réalisation de Shane Williams dans le Tournoi qui permit aux Gallois de l’emporter sur l’Écosse dans le temps additionnel…

Dan Carter face à des Gallois dépassés…

Felipe Contepomi face aux Français…

Encore un Argentin, Gonzalo Tiesi, mais contre l’Écosse

Israel Dagg contre l’Afrique du Sud

Un essai d’Ashley-Cooper, mais il en a inscrit d’autres tout aussi spectaculaires cette saison…

Un essai de James O’Connor qui termine une action de toute beauté de l’Australie…

Et enfin, un peu d’exotisme dans le stade de rêve des Fidjiens avec un essai de Nikola Matawalu





H Cup, les meilleurs essais

25 10 2010

Shane Williams file à l'essai, comme d'hab'.

Voici une sélection des plus beaux essais de la deuxième journée de H Cup. Il y a de quoi s’émerveiller  et, surtout, constater que tant au niveau de la vitesse que de l’engagement, la H Cup du Nord n’a rien à envier au Super 14 sudiste. Les plus belles réalisations ? Les essais du Biarritz Olympiques sont d’une incroyable fluidité, la feinte de passe à l’arbitre de touche du demi de mêlée d’Edimbourg, les inspirations de Castres, la vitesse de Shane Williams… impossible de trancher !